La prostitution des mineurs en France

Résumé

Le groupe de travail sur la prostitution des mineurs en France a publié son rapport en juin 2021. Notre participation comme représentants des sociétés pédiatriques, la SFP (Société française de pédiatrie) et la SFPML (Société française de pédiatrie médico légale), à ce travail, nous incite à informer notre communauté pédiatrique sur cette forme de plus en plus visible de maltraitance infantile. Cette situation est reconnue comme une violence sexuelle sur mineurs devant entraîner une protection. Le nombre précis de mineurs concernés est inconnu, mais il semble en évolution importante depuis 5 ans, touchant 7000 à 10 000 adolescents en majorité de sexe féminin (autour de 80 %), le plus souvent âgés de 15 à 17 ans. Les situations prostitutionnelles sont plurielles et concernent les adolescents au-delà des seuls mineurs non accompagnés. Le groupe de travail a émis 100 recommandations dont beaucoup concernent les professionnels soignants. L’expression directe des adolescents est rare. Le repérage par la notion de « Feux Rouges spécifiques » est essentiel. Comme pour tous les sujets de protection infantile, les soins doivent être pensés en interprofessionnel et interinstitutionnel, en particulier en lien étroit avec la démarche médicolégale. Les soins physiques et psychiques seront initialement pleinement associés afin de répondre aux besoins en santé de ces mineurs. La prévention primaire auprès des enfants et de leur famille, mais aussi auprès des professionnels qui les accompagnent est essentielle. « Les adolescent(e)s peuvent en effet avoir une vision idéalisée de ce type d’activité, ou bien la considérer comme une prise de risque mineure parmi d’autres », en particulier dans leur utilisation des réseaux sociaux.

https://doi.org/10.1016/j.perped.2021.10.005

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.